Les troubles circadiens

De nombreuses difficultés de sommeil tirent leur origine d’une désynchronisation entre l’horloge biologique, les rythmes corporels et le monde extérieur. Prenons l’exemple du voyageur qui traverse plusieurs fuseaux horaires, et qui subit le «jet lag», le syndrome de décalage horaire. C’est la même chose pour le travailleur de nuit, ou posté, qui doit inverser son cycle. C’est aussi le cas pour l’adolescent, dont le cycle retarde le plus souvent et pour la personne âgée, dont le cycle avance le plus souvent. Cette condition se retrouve enfin dans certaines formes de dépression (dépressions hivernales et dépressions endogènes) et dans certains sports qui nécessitent une vigilance prolongée.


Les avancées de la recherche en chronobiologie ont permis au cours des quinze dernières années d’élaborer toute une série d’outils chronothérapeutiques. Ces outils « remontent » littéralement l’horloge biologique, comme on remonte une montre-bracelet. Parmi ces outils, relevons la luminothérapie, qui s’administre à l’aide d’un léger casque de lumière, et qui agit sur la sécrétion de mélatonine. Notons également la programmation des périodes de sommeil, d’obscurité, d’exercice physique et de repas. Notons encore la possibilité d’identifier ses propres pics de vigilance et de performance au cours des vingt quatre heures. Aujourd’hui, un spécialiste du sommeil peut ainsi aisément et rapidement mettre au point un programme de rephasage personnalisé. Tout récemment, les algorithmes nécessaires à l’élaboration de tels programmes ont été transcrits sous forme électronique. Il existe dès lors à présent un logiciel anti-jet lag.