Mlle Émeline Houyoux

Psychologue, thérapeute et somnologue

emeline-houyoux-350-1

Je m’appelle Émeline Houyoux. Je suis psychologue, thérapeute et somnologue (spécialiste des troubles du sommeil). J’ai rejoint le Centre d’Études des Troubles du Sommeil en 2012. À l’Unité de Sommeil (E2), je suis responsable du « scorage », la première étape dans l’interprétation des tracés polysomnographiques. Mon action s’inscrit en aval de celle des technicien(ne)s de nuit (Mme Joëlle Lusembula, Mme Milca Velasquez, Mme Marie Barro et M. Frédéric Aron) et en amont de celle de M. Roland Pec, responsable de la polysomnographie.

J’ai obtenu mon diplôme de master en psychologie (section neuropsychologie) en 2011, à l’ULB (Université Libre de Bruxelles). En ce qui concerne la thérapie, j’ai été formée à la thérapie cognitivo-comportementale de l’insomnie (TCCi), par Myriam Kerkhofs (CHU-Vésale), Laetitia Beaudaux (CHU de la Citadelle à Liège) et Aisha Cortos (AZ-VUB et unité Viper à l’École Royale Militaire), en 2012-2013. Dans le domaine de la somnologie, j’ai obtenu le Certificat Inter-Universitaire en Médecine du Sommeil (ULB-UCL) en 2012 (mon titulaire était le Dr Daniel Neu, responsable du laboratoire du sommeil au CHU-Brugmann). Parallèlement à mon activité à la Clinique Edith Cavell, j’ai rejoint, en 2012, le laboratoire du sommeil de la Clinique du Parc Léopold (autre site du réseau privé bruxellois Chirec), où je m’occupe également du scorage. Enfin, j’ai ouvert, en 2012, une consultation où j’assure le suivi cognitivo-comportemental de patients souffrant d’insomnie (je les reçois en français et en anglais).

Attirée depuis la plus tendre enfance par le cerveau, tant sur le plan anatomique que psychologique, je me suis lancée dans des études de neuropsychologie. Durant cette formation, je me suis rendu compte qu’une grande partie des patients souffrant d’une affection neurologique se plaignait de troubles du sommeil. Dès lors, je me suis intéressée — puis formée — à ce domaine qui porte aujourd’hui le nom de somnologie. J’y consacre actuellement la totalité de mon temps professionnel.

En tant que responsable du « scorage », je serai amenée à lire les tracés de votre polysomnographie, ainsi qu’à encoder dans l’ordinateur les éventuelles anomalies qui s’y trouvent. J’arriverai à l’Unité vers 8 heures, afin de relayer le (la) techinicien(ne) de nuit, qui aura achevé l’acquisition et l’archivage des données. Commencera alors, pour moi, un réel travail de fourmi, puisqu’il m’arrivera de tourner jusqu’à mille « pages » (écrans) de tracés « neurologiques » ainsi que 250 « pages » de tracés « respiratoires » : jusqu’à 1250 « pages » par examen, donc ! Vers 10 heures, M. Roland Pec, le psychologue responsable de la polysomnographie, viendra superviser mon travail, puis se chargera de protocoler votre examen et d’établir un rapport dans lequel figurera un (ou plusieurs) diagnostic(s). Afin d’améliorer encore la qualité des tracés à venir, me restera alors à communiquer mes remarques aux technicien(nes) de nuit, et à envoyer mes demandes d’intervention aux divers services techniques internes et externes.